Rechercher

Wakanda existe, l'usine d' Adeba Nature s'y trouve

Le mot de Linda



Wakanda existe... L'usine d'Adeba s'y trouve...



Février 2018, le film Black Panther de Marvel a pris le monde d'assaut et a présenté un pays africain fictif appelé Wakanda, dont les avancées technologiques et scientifiques sont cachées du reste du monde par un bouclier invisible déployé à sa frontière.


Voici le hic. Le Wakanda n'est pas un pays fictif. C'est une métaphore pour des pays qui existent. J'en compte 54, rien qu'en Afrique. J'ai grandi dans un "Wakanda", l'usine d'Adeba Nature s'y trouve, à une heure d'Abidjan, sa capitale économique.


Au cours des quelques années où j'ai travaillé dans le cadre de l'écosystème de la beauté durable et lente en Côte d'Ivoire, j'ai été exposé à tant d'ingrédients uniques, de compétences et de connaissances inédites, d'avancées technologiques époustouflantes que je suis déconcertée par le fait que si peu de personnes, ivoiriennes ou non, semblent les voir. Il semble qu'il existe en effet un bouclier invisible, mais pas physique. Dans mes conversations avec clients, fournisseurs, chercheurs, commerçants, j'ai remarqué certains schémas récurrents qui, selon moi, ont contribué à la création d'une puissante barrière psychologique qui empêche les gens d'apprécier véritablement ce qui les entoure.


1. Une logique d'extraction

L'Afrique a été vidée de sa substance, et ce qui l'a remplacée est vide aussi.

Joseph Ki Zerbo.

Le professeur et intellectuel burkinabé a souligné que, historiquement (et encore aujourd'hui), l'Afrique a été un continent où l'extraction a régné : matières premières (caoutchouc, or, cobalt), culture (Picasso et sa période noire), et, tragiquement, 10 à 12 millions d'Africains vers les Amériques pendant la traite transatlantique des esclaves.

Nombre de mes interlocuteurs ont tendance à considérer les pays d'Afrique comme des lieux à subir ou à fuir, et non à respecter ou à admirer, de sorte que cette logique est toujours en jeu :

Dans l'économie : les exportations primaires dominent toujours. Selon le rapport 2020 de la Banque mondiale/IFC sur le secteur privé, les exportations de produits manufacturés de la Côte d'Ivoire sont restées faibles et ont diminué au fil du temps. Entre 2010 et 2017, la part des exportations de produits manufacturés dans le total des exportations de marchandises était en moyenne de 14 % - soit 3,5 fois moins que la moyenne des pays à revenu intermédiaire de la tranche inférieure. Ce même rapport confirme que les produits locaux font l'objet de peu de R&D en soulignant qu'une "augmentation de la demande de produits de moyenne à haute gamme de la part d'une classe moyenne régionale croissante présente des opportunités de croissance pour l'industrie [des cosmétiques], mais la recherche et le développement ainsi qu'un marketing et une image de marque solides sont nécessaires pour que les cosmétiques ivoiriens puissent concurrencer les marques mondiales établies".

Dans la culture : En 2018, un rapport commandé par le gouvernement français a créé des vagues dans le monde de l'art. Il a révélé que " que 90 à 95 % du patrimoine culturel africain est détenu hors d'Afrique par de grands musées. La France à elle seule possède au moins 90 000 objets d'Afrique subsaharienne dans ses collections nationales ", et appelait à une restitution permanente.

Et malheureusement aussi avec les êtres humains : Aujourd'hui, de jeunes Africains et Africaines s'embarquent volontairement sur des pirogues "de la mort" dans le but de "rejoindre l'Europe ou de mourir en essayant." L'Organisation internationale pour les migrations (OIM) a estimé que 19 000 personnes sont mortes en traversant la Méditerranée entre 2014 et 2019 et a souligné que beaucoup plus de personnes meurent lors de la traversée terrestre de l'Afrique depuis leur pays d'origine jusqu'à la côte.



2. Une logique de rejet des connaissances et des techniques locales.

En grandissant, j'ai lu des articles sur la pratique du symbole dans les écoles pendant la période coloniale en Côte d'Ivoire. Mes parents eux-mêmes ont fréquenté ces écoles, où il leur était interdit de parler leur langue locale sous peine d'être obligés de porter un affreux collier appelé "symbole" pendant toute une journée (ou jusqu'à ce que quelqu'un d'autre soit surpris en train de parler leur langue locale) et de subir les railleries et les moqueries des autres élèves et des enseignants. Ces expériences étaient traumatisantes et avaient pour objectif de faire du "français" la langue de communication communte. Comme beaucoup de grands-parents ne parlaient pas du tout français, cette pratique a entraîné une rupture dans la transmission du savoir et de la tradition, des pertes se sont produites. Aujourd'hui, l'un de mes plus grands regrets est de ne pas parler couramment l'agni, l'abouré, le baoulé ou d'autres langues akan que je trouve belles, et qui, je crois, contribueraient à faciliter la mission d'Adeba Nature, qui est de préserver le savoir et d'innover sur la tradition de manière sûre.



3. L'adoption de normes de beauté préjudiciables

50% des femmes en Côte d'Ivoire blanchissent leur peau pour l'éclaircir, 77% au Nigeria. En Côte d'Ivoire, on vend même des produits blanchissants pour les bébés. 50 % des femmes noires souffriront d'un certain type d'alopécie en raison de la prévalence des perruques, des tissages et d'autres styles de coiffure qui endommagent les follicules pileux afin de leur permettre d'avoir des cheveux lisses. Pour toute une série de raisons, qu'elles soient profondément psychologiques en raison de l'héritage du colonialisme, simplement superficielles (influencées par les chanteuses et les actrices populaires) ou même rationnelles sur la base d'observations des préférences à l'embauche, les normes de beauté poussent les femmes à adopter des pratiques malsaines dans l'espoir d'obtenir un look idéal. Les femmes de Côte d'Ivoire et de toute l'Afrique de l'Ouest font des efforts extraordinaires pour éclaircir leur peau et obtenir le teint de leurs rêves. Les groupes Facebook les plus populaires consacrés à la beauté visent à obtenir "un teint jaune, ou orange, ou caramel, ou café au lait". Ces comportements peuvent s'expliquer en partie par le manque de produits efficaces pour répondre aux véritables besoins en matière de soins de la peau et des cheveux. Si une femme ne trouve aucun produit pour traiter ses cicatrices d'acné, elle pourrait finir par penser que le blanchiment de la peau est la seule solution. C'est là qu'Adeba entre en jeu et c'est pourquoi notre capacité à innover sur la tradition est essentielle.



4. Un cas de développement arrêté

Un récent article du New York Times citait un chimiste cosmétique qui déclarait que "les consommateurs sont toujours insatisfaits des produits de beauté et veulent quelque chose de nouveau, mais la réalité est que la technologie dans le domaine des cosmétiques n'a pas substantiellement changé depuis 30 ou 40 ans, ces huiles et extraits n'apportent probablement que peu ou rien, disait-il, comme une grande majorité d'ingrédients favorables à la presse dans d'autres produits de beauté (CBD, fruit de noni). Mais les gens se réjouissent quand ils les lisent sur une étiquette." Cette affirmation est peut-être valable pour le monde occidental, mais pas plus tard que la semaine dernière, dans le laboratoire Adeba, notre équipe étudiait les propriétés d'un ingrédient qui n'est actuellement pas du tout utilisé dans les cosmétiques, même s'il est utilisé par les femmes locales dans leur routine pour ses bienfaits recherchés (hydratant, apaisant, anti-âge). Le nombre de recherches sur google à son sujet est de ~3000, contre 1 million d'occurrences pour le trésor africain bien plus connu, le beurre de karité. Nous travaillons avec des chercheurs locaux, qui, avec des moyens limités, ont développé des méthodes de recherche originales et uniques. Un chercheur, aujourd'hui retraité, nous a raconté qu'il était capable d'identifier de nouvelles plantes utiles chaque fois qu'il se rendait dans son village en suivant des chiens blessés ou malades dans la forêt tropicale et en étudiant les plantes qu'ils utilisaient pour se soigner. Quelle ingéniosité !

Et c'est là qu'un cadre de réflexion développé par l'ancien gestionnaire de fonds spéculatifs et actuel flâneur Nassim Taleb devient très pertinent. Les deux concepts les plus pertinents pour la R&D qu'Adeba mène dans le domaine de la beauté sont les concepts d'antifragilité (ce qui s'améliore avec le changement/les chocs) et la qualité de ce qui est Lindy (ce qui résiste à l'épreuve du temps). Les ingrédients et les plantes sur lesquels nous travaillons actuellement sont connus pour être sûrs car ils sont utilisés par la population locale depuis des générations. Ces ingrédients botaniques et les techniques locales développées autour d'eux ont survécu à l'afflux de produits importés, au manque de popularité dû à leur déconnexion du courant dominant, et au manque d'appréciation et de transmission à travers les générations, ce qui les rend à la fois lindy et antifragiles. Adeba Nature apporte des modifications progressives précieuses lorsqu'elle crée des formules avec ces ingrédients, créant ainsi de nouveaux produits naturels non toxiques en s'appuyant sur la recherche de la plus haute qualité, celle effectuée dans les villages, par des personnes concernées, qui utilisent les ingrédients sous une forme ou une autre depuis des générations et en ont constaté les avantages. C'est cela l'innovation. C'est le type d'innovation qui protège la planète et ceux qui y habitent car elle n'augmente pas les risques. C'est le type d'innovation dont ont besoin les personnes qui peuvent être allergiques aux ingrédients actuellement sur le marché ou pour lesquelles les produits existants ne fonctionnent tout simplement pas. La recherche n'est pas terminée en Afrique de l'Ouest. Loin de là. Elle a simplement souffert d'un cas de "développement arrêté" où les produits importés étaient automatiquement considérés comme supérieurs et les produits locaux écartés sans que l'on cherche à les améliorer. Outre les plantes utilisées par un petit nombre de personnes, les compétences et les connaissances des populations locales ont également été négligées. Nous sommes en train de recâbler nos cerveaux, pour penser au-delà de l'extraction, mais aussi pour comprendre, construire sur la bibliothèque de techniques, la technologie même développée autour des plantes locales, loin des regards indiscrets. Cette tendance n'est pas seulement visible dans le monde de la beauté, la Côte d'Ivoire fait preuve d'une incroyable innovation dans l'agroalimentaire avec de grandes marques de café et de poivre (avez-vous déjà goûté au poivre noir de Niamkey ? Il a remporté le Prix des Epicures d'argent en 2019) ou dans la mode, avec par exemple les créations du designer ivoirien Loza Malheombo qui figurent en bonne place dans le film "Black is King" de Beyonce. Dans le monde de la beauté, Adeba Nature découvre des formulations et des produits qui traitent non seulement des problèmes comme l'hyperpigmentation, les cicatrices de blanchiment ou l'alopécie, mais aussi d'autres comme la peau sèche et les cheveux secs qui touchent les gens partout dans le monde, par exemple, notre savon à l'huile de carapa est maintenant un best-seller en Côte d'Ivoire et un favori de nos clients aux États-Unis aussi.


À la fin de Black Panther, dans l'une des scènes cachées, un représentant de l'ONU demande au roi du Wakanda : " Avec tout le respect que je vous dois, Monsieur, qu'est-ce qu'un pays du tiers monde a à apporter au monde ? "

Quand je pense à cette question qui est souvent posée subtilement (ou pas si subtilement) quand je parle d'Adeba Nature, une citation de Raoul Peck, réalisateur de "I am not your Negro" me vient à l'esprit : "Je suis né dans un monde où je n'ai pas tout créé avant moi", disait-il, "mais je peux faire en sorte de profiter de tout ce que je peux pour montrer que le monde tel que vous le pensez n'est pas le monde tel qu'il est".

Et j'ose ajouter, certainement pas le monde tel qu'il pourrait être.




37 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout